Le 28 mai la Fondation Pierre Fabre signe son engagement aux côtés du Dr Mukwege

04/06/2018

Au cours d’une mission d’une semaine en RDC, les représentants de la Fondation Pierre Fabre et de ses partenaires ont pu se rendre à l’hôpital de référence de Panzi puis à l’hôpital de Bulenga, qui bénéficiera de l’accompagnement de la Fondation.

 Signature de la convention par Mme Béatrice Garrette - Fondation Pierre Fabre, Dr Christine Amici – directrice de l’hôpital Panzi (Fondation Panzi Rdc) et Mr Jean Pierre Massias – Président de l’Institut Universitaire Varenne

Le 28 mai, à Bukavu, dans la province du Sud Kivu en République Démocratique du Congo, Béatrice Garrette, Directrice générale de la Fondation Pierre Fabre, le Pr Jean-Pierre Massias, Président de l’Institut Universitaire Varenne (IUV) et le Dr Christine Amisi, Secrétaire exécutive de la Fondation Panzi, ont signé la convention qui encadre le partenariat pour développer la prise en charge des femmes victimes de violence sexuelles, au sein du centre hospitalier de Bulenga, nouvellement créé en zone rurale.

L’objectif est de délocaliser le modèle holistique mis en œuvre par le Dr Denis Mukwege au sein de l’hôpital de Panzi à Bukavu. Ce modèle comprend une prise en charge médicale, psychologique, socio-économique et juridique. La Fondation Pierre Fabre va financer l’ensemble de la prise en charge médicale et psychosociale et l’Institut Universitaire Varenne va appuyer le volet juridique.

La délégation a visité l’hôpital Panzi, créé il y a 20 ans par le Dr Mukwege, où se sont développées toutes les activités qui permettent l’accueil, le soin et la « réparation » des victimes de violence sexuelles au sein d’un hôpital largement ouvert à la population locale, permettant ainsi une prise en charge non stigmatisante.

Rencontre avec les équipes soignantes de Bulenga

Ensuite la délégation a pu se rendre au centre hospitalier de Bulenga, au nord de Goma, qui bien que situé seulement à 165 km de Bukavu, est très difficile d’accès. Construit en 2016 dans une région de grande pauvreté et où seulement un tiers des habitants a accès à l’eau potable, l’hôpital offre des soins à toute la population, à des prix bas, et un parcours spécifique pour les femmes victimes de violences sexuelles et celles qui souffrent des conséquences d’un défaut de suivi de grossesse (prolapsus, fistules obstétricales). Le soutien de la Fondation permettra une prise en charge gratuite de ces femmes.

Construit sur une large parcelle qui lui réserve la possibilité de s’agrandir, l’hôpital a été conçu pour être autonome en électricité (panneaux solaires) et en eau potable (eau de source pompée et distribuée via des réservoirs et un réseau en propre). Il dispose de services de médecine interne, pédiatrie, gynécologie, chirurgie (cas non complexes, les autres étant référés à Panzi), d’une maternité, d’un laboratoire d’analyse et d’une pharmacie.

Accueillie par le personnel du centre et un groupe de bénéficiaires, la délégation a pu participer à une discussion très ouverte et constater la mise en œuvre progressive du modèle holistique, avec les témoignages des médecins mais aussi des assistantes psycho-sociales, de la psychologue nouvellement arrivée, et des parajuristes chargés d’assister les victimes pour le dépôt des plaintes.

Le contexte de précarité, l’importance des besoins et de la qualité de l’organisation des soins et des équipes de Panzi et Bulenga confortent le choix de la Fondation Pierre Fabre de s’engager dans ce programme, qui s’inscrit parfaitement dans sa mission.

Mme Béatrice Garrette – Fondation Pierre Fabre, Dr Christine Amisi – Directeur de l’hôpital Panzi (Fondation Panzi Rdc) et M. Jean Pierre Massias – President de l’Institut Universitaire Varenne, signent la convention de partenariat.

Accueil à l’hôpital Panzi

Hôpital de Bulenga

salle d’accouchement de l’hôpital de Bulenga

Salle de soins pour les femmes victimes de violences sexuelles

Chant d’accueil des femmes soignées à l’hôpital de Bulenga

2019-02-18T01:16:29+00:00