LE DÉVELOPPEMENT DE LA E-SANTÉ

Partager la connaissance, explorer différents modèles et soutenir les projets les plus pertinents : la Fondation Pierre Fabre s’investit dans la e-santé, un secteur en devenir au service de l’équité d’accès aux soins et de l’optimisation des politiques de santé publique.

Et si le potentiel des nouvelles technologies apportait une réponse durable aux enjeux de santé publique dans les pays du Sud ? La réponse fait consensus et l’OMS a d’ailleurs adopté, dès 2005, une résolution en faveur d’une stratégie e-santé comme moyen de faire tomber les barrières d’accès aux soins. Libérée des contraintes économiques, géographiques et sociales, ainsi que de la pénurie de personnels médicaux, la technologie appliquée au milieu médical favorise l’inclusion des populations les plus démunies.

Femmes connectées à Mira Channel, application de santé maternelle et infantile, Inde

L’OBSERVATOIRE DE LA E-SANTÉ DANS LES PAYS DU SUD

Face au foisonnement d’initiatives et aux difficultés à dépasser les phases expérimentales, la Fondation Pierre Fabre a créé en 2016 l’Observatoire de la E-santé dans les pays du Sud, une plateforme d’échange, de mutualisation et de mise en réseau destinée à repérer et à soutenir les initiatives innovantes les plus prometteuses.
Déjà partenaire de l’Agence Française de Développement (AFD), de la Fondation de l’Avenir pour la recherche médicale appliquée et de l’Agence Universitaire de la Francophonie, l’Observatoire a signé un accord de collaboration en novembre 2018 avec Asia eHealth Information Network (AeHIN), un des réseaux de e-santé les plus dynamiques en Asie. Ce partenariat prévoit un partage des expertises et un soutien renforcé aux lauréats asiatiques de l’Observatoire.

LES CONFÉRENCES ANNUELLES DE L’OBSERVATOIRE DE LA E-SANTÉ

Chaque année, plusieurs initiatives sont sélectionnées puis présentées par les porteurs de projet à l’occasion des conférences annuelles de l’Observatoire, qui réunissent les experts des organisations internationales et les représentants du Nord et du Sud. Leur point commun ?
Proposer des solutions pérennes et adaptées aux besoins du terrain : télémédecine, applications de prévention ou de suivi, gestion des données épidémiologiques, formation des soignants… Au total, près de 150 programmes ont été référencés dans la base de données de l’Observatoire – dont 29 initiatives à fort potentiel qui ont bénéficié d’un accompagnement, telle que l’application AfricaCardiac Care pour faciliter l’accès au suivi cardiologique au Cameroun, ou le projet Traumalink à destination des victimes d’accidents de la route au Bangladesh.

PRÈS DE 150 INITIATIVES
ont été référencées dans la base de données de l’Observatoire depuis 2016,
dont 29 ont bénéficié d’un prix et du soutien de la Fondation.

Lauréats des prix de l’Observatoire de la E-santé dans les pays du Sud 2018

2019 : UN DIPLÔME UNIVERSITAIRE ET UN LABORATOIRE D’E-SANTÉ

Dernière avancée récente, annoncée lors de la conférence 2018 de l’Observatoire : un diplôme interuniversitaire
(DIU) en e-santé instauré dans le cadre d’un partenariat entre la Fondation Pierre Fabre et trois universités africaines (Universités des sciences, des techniques et des technologies de Bamako au Mali, Cheikh Anta Diop de Dakar au Sénégal et Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan en Côte d’Ivoire). Sa mission : développer la connaissance et le savoir-faire afin de favoriser l’émergence de modèles capables de garantir le développement cohérent d’un écosystème e-santé.
En 2019, la première promotion du DIU a réuni une vingtaine de candidats : responsables ministériels spécialisés en e-santé, praticiens, informaticiens du secteur médical, représentants d’ONG… Tous vont participer à bâtir le socle d’expertise indispensable à la conduite de véritables politiques d’e-santé. Et pour soutenir ce cursus inédit en Afrique, un centre d’innovation et de santé digitale, baptisé « Digi-Santé-Mali », a également été fondé au sein de l’Université des sciences, des techniques et des technologies de Bamako. Une structure unique pour accueillir les programmes de recherche, former les enseignants et anticiper les grandes évolutions d’un secteur en devenir.

Ils témoignent

STIMULER L’ÉCOSYSTÈME E-SANTÉ ET FAVORISER L’ATTRACTIVITÉ DU SECTEUR.

Voir le témoignage
Gilles BABINET, Membre du groupe d’experts de l’Observatoire de la E-santé dans les pays du Sud.

UNE FORMATION DIPLÔMANTE POUR GARANTIR UN DÉVELOPPEMENT COORDONNÉ ET COHÉRENT DES INITIATIVES E-SANTÉ.

Voir le témoignage
Pr Cheick Oumar BAGAYOKO, Membre du groupe d’experts de l’Observatoire de la E-santé dans les pays du Sud et coordinateur du DIU e-santé initié par la Fondation Pierre Fabre.