e-Santé

— Capitaliser sur les technologies pour améliorer la couverture sanitaire —

Convaincue que les technologies numériques constituent un moyen d’améliorer l’équité d’accès à des soins de qualité, la Fondation Pierre Fabre s’est engagée dès 2016 dans un travail d’identification et de soutien des solutions de santé numérique les plus pertinentes. Des initiatives capables de contribuer à l’atteinte de la « Couverture Sanitaire Universelle », l’un des Objectifs de Développement Durable 2030 des Nations Unies.
________

Si les pays du Sud manquent cruellement de ressources médicales, ils bénéficient de l’essor des nouvelles technologies : avec un milliard d’utilisateurs supplémentaires tous les 5 ans dans le monde selon l’Union internationale des télécommunications, la couverture mobile et internet augmente partout sur la planète. Cette couverture numérique ouvre de nouvelles perspectives pour les populations inégalement réparties sur les territoires : la e-santé permet de réduire les distances et d’assurer un suivi plus efficace des patients. Afin d’aider les acteurs locaux à s’emparer de cette opportunité, la Fondation Pierre Fabre a développé des programmes de veille, de formation et de recherche au plus près des besoins.

Un potentiel foisonnant et un besoin de structuration

Reconnues par l’OMS dès 2005 avec l’adoption d’une résolution en faveur de la e-santé lors de sa 58è Assemblée Mondiale, les nouvelles technologies au service de la santé sont devenues réalité. Télémédecine, suivi épidémiologique, formation, prévention, coordination des soins, actions de santé publique : la e-santé prend différentes formes et enregistre une accélération notable depuis la crise sanitaire de 2020… avec des écarts importants entre les pays et un écosystème de plus en plus complexe et fragmenté. Parmi les pays ayant élaboré une stratégie, peu les ont effectivement mises en œuvre.

Pour accompagner l’essor d’un secteur porteur d’inclusion et d’équité, la Fondation Pierre Fabre déploie plusieurs actions pionnières :

  • Création de l’Observatoire de la e-santé dans les pays du Sud (ODESS) en 2016, une plateforme d’échange, de mutualisation et de mise en réseau destinée à repérer, référencer et accompagner les projets les plus prometteurs ;
  • Organisation des Conférences annuelles de la e-santé au cours desquelles sont décernés les Prix de l’Observatoire. Au total, 32 projets ont été soutenus par la Fondation et plus de 160 initiatives sont référencées dans la base de données de l’ODESS ;
  • Création du premier Diplôme Inter-Universitaire en e-santé ouvert à tous les acteurs du secteur (notamment aux professionnels de santé et aux décideurs politiques), en collaboration avec trois universités africaines (Mali, Sénégal, Côte d’Ivoire). En 2023, le programme bénéficie d’une extension avec l’intégration d’une quatrième université (Togo) et davantage d’étudiants formés chaque année ;
  • Création du premier Centre d’innovation et de santé digitale en Afrique francophone au sein de l’Université des Sciences, des Techniques et des Technologies de Bamako. Digi-Santé-Mali est une structure académique de haut niveau qui participe au développement de la formation et de la recherche dans le domaine de la santé numérique.
Dr. Antoine Geissbuhler Médecin-chef du service cybersanté et télémédecine aux Hôpitaux universitaires de Genève

La crise a été un accélérateur de développement des projets e-santé. »

Dr. Antoine GEISSBUHLER
Médecin-chef du service cybersanté et télémédecine aux Hôpitaux universitaires de Genève, et membre du groupe d’experts de l’Observatoire de la e-Santé dans les Pays du Sud

Lire l’entretien

NOTRE ENGAGEMENT

Suivre notre action