Jacqueline GAUTIER : Mettre en place des programmes de dépistage et de soin

Jacqueline GAUTIER, Directrice générale de l’hôpital pédiatrique Saint-Damien en Haïti

Jacqueline GAUTIER
Directrice générale de l’hôpital pédiatrique Saint-Damien en Haïti

Diplômée de la Faculté de médecine d’Haïti, directrice générale de l’hôpital Saint Damien depuis 2012. Elle est conseillère au sein du comité exécutif de la Société Haïtienne de Pédiatrie dont elle fut présidente à trois reprises entre 2001 et 2015.

L’ACTION DE LA FONDATION PIERRE FABRE EN HAÏTI

Le projet de lutte contre la drépanocytose (ou anémie falciforme) initié en Haïti avec le soutien du ministère de la Santé haïtien s’appuie sur l’hôpital pédiatrique Saint-Damien et doit être étendu à l’hôpital Universitaire de la Paix et à l’hôpital Universitaire d’État d’Haïti. Au-delà du dépistage néonatal et précoce, le projet inclut un axe de prise en charge (achat de médicaments de base et de vaccins) et de sensibilisation (en partenariat avec l’Association d’Anémie Falciforme d’Haïti). L’objectif est de dépister environ 10 000 enfants sur 3 ans.

IL EST ESSENTIEL QUE LES ENFANTS D’HAÏTI BÉNÉFICIENT DU DÉPISTAGE PRÉCOCE EN VIGUEUR DEPUIS PLUS DE 30 ANS EN EUROPE ET EN AMÉRIQUE DU NORD.

En tant que centre de dépistage pilote, quelle est la mission de l’hôpital Saint Damien ?
“Notre mission consiste à rendre le dépistage de la drépanocytose fonctionnel pour tous les enfants de moins de cinq ans fréquentant l’hôpital : les nouveau-nés, les bébés venant pour vaccination et les nourrissons malades.”

Quels sont les enjeux de ce dépistage néonatal et précoce ?
“Il est essentiel que les enfants d’Haïti bénéficient du dépistage précoce en vigueur depuis plus de 30 ans en Europe et en Amérique du Nord. Notre premier objectif est de rendre ce service disponible au plus vite car il améliore grandement le pronostic vital et la qualité de vie. Dans un second temps, la surveillance des données collectées permettra de mieux comprendre le poids de la maladie et aidera les autorités sanitaires à mieux intégrer la prise en charge des drépanocytaires dans l’offre de soins.”

Où en êtes-vous aujourd’hui ?
“Grâce à l’appui technique et financier de la Fondation Pierre Fabre, les équipements nécessaires à la phase de dépistage seront bientôt pleinement opérationnels. D’autres initiatives similaires ont été lancées ailleurs en Haïti afin que l’accès au diagnostic et aux soins soit rapidement accessible partout dans le pays.”

Autres témoignages

LA FORMATION EST UN ENJEU PRIMORDIAL CAR NOUS AVONS BESOIN DE PERSONNEL QUALIFIÉ OPÉRANT AU PLUS PRÈS DES MALADES.

Voir le témoignage
Pr Dapa DIALLO, Directeur général du Centre de Recherche et de Lutte contre la Drépanocytose (CRLD) de Bamako, au Mali.

LA SENSIBILISATION EST UN AXE DE PROGRÈS MAJEUR CAR LA DRÉPANOCYTOSE EST ENCORE TROP SOUVENT ASSOCIÉE À DES CROYANCES SUPRANATURELLES.

Voir le témoignage
Dr Estelle-Édith DABIRÉ DEMBÉLÉ, Directrice de la prévention et du contrôle des maladies non transmissibles du ministère de la Santé du Burkina Faso.

UNE DÉCLARATION SOLENNELLE QUI APPELLE LES RESPONSABLES POLITIQUES ET LES ORGANISMES INTERNATIONAUX À AGIR.

Voir le témoignage
Pr Marc GENTILINI, Membre du Comité scientifique de la Fondation Pierre Fabre.