Dr Estelle-Édith DABIRÉ DEMBÉLÉ : Sensibilisation des populations à la maladie

Dr Estelle-Édith DABIRÉ DEMBÉLÉ, Directrice de la prévention et du contrôle des maladies non transmissibles du ministère de la Santé du Burkina Faso

Dr Estelle-Édith DABIRÉ DEMBÉLÉ
Directrice de la prévention et du contrôle des maladies non transmissibles du ministère de la Santé du Burkina Faso

Docteur en médecine, titulaire d’un master en santé publique de l’Institut de médecine tropicale d’Anvers, elle a été préalablement médecin responsable d’un centre médical de district et responsable de la supervision de la lutte antituberculeuse. Elle est directrice de la prévention et du contrôle des maladies non transmissibles du ministère de la Santé du Burkina Faso depuis avril 2018.

COMITÉ D’INITIATIVE CONTRE LA DRÉPANOCYTOSE

La Fondation Pierre Fabre est partenaire du CID/B depuis 2014. Cette collaboration s’articule autour de trois axes – la sensibilisation, l’accès aux soins et le dépistage néonatal – afin d’assurer une prise en charge précoce. Un centre d’information a été ouvert et deux centres de prise en charge accueillent les malades à Ouagadougou et Bobo-Dioulasso.
Un projet de formation des personnels de soin au traitement de la douleur drépanocytaire a également été développé avec l’expertise de l’ONG Douleurs sans frontières (DSF).

LA SENSIBILISATION EST UN AXE DE PROGRÈS MAJEUR CAR LA DRÉPANOCYTOSE EST ENCORE TROP SOUVENT ASSOCIÉE À DES CROYANCES SUPRANATURELLES.

“Au Burkina Faso, l’attention portée à la drépanocytose a beaucoup progressé, ces dernières années, notamment grâce à l’instauration de la gratuité des traitements pour les enfants de moins de cinq ans, et plus récemment avec la décision du ministère de la Santé d’éditer un plan stratégique de lutte contre la maladie.

Nous nous appuyons sur l’expérience de la Fondation Pierre Fabre, déjà très active auprès du Comité d’initiative contre la drépanocytose du Burkina (CID/B), une association fondée il y a près de 15 ans par des parents d’enfants drépanocytaires, et avec laquelle nous travaillons également. Le CID/B a beaucoup fait en matière de sensibilisation et c’est encore un axe de progrès majeur, car la drépanocytose est trop souvent associée à des croyances supranaturelles du fait de sa chronicité et des épisodes de crise. Pourtant, lorsqu’elle est correctement prise en charge, les patients peuvent vivre tout à fait normalement.

Il est donc important de couvrir tous les aspects du combat contre la drépanocytose : l’éducation, le dépistage précoce, le traitement, le soutien psychosocial, mais aussi le développement de la connaissance. Une enquête nationale sera d’ailleurs bientôt lancée pour évaluer la prévalence de la maladie au Burkina Faso et nous devrions, notamment avec l’aide de la Fondation, mettre en œuvre une étude pour mesurer son incidence chez les nouveau-nés.”

Autres témoignages

IL EST ESSENTIEL QUE LES ENFANTS D’HAÏTI BÉNÉFICIENT DU DÉPISTAGE PRÉCOCE EN VIGUEUR DEPUIS PLUS DE 30 ANS EN EUROPE ET EN AMÉRIQUE DU NORD.

Voir le témoignage
Jacqueline GAUTIER, Directrice générale de l’hôpital pédiatrique Saint-Damien en Haïti

LA FORMATION EST UN ENJEU PRIMORDIAL CAR NOUS AVONS BESOIN DE PERSONNEL QUALIFIÉ OPÉRANT AU PLUS PRÈS DES MALADES.

Voir le témoignage
Pr Dapa DIALLO, Directeur général du Centre de Recherche et de Lutte contre la Drépanocytose (CRLD) de Bamako, au Mali.

UNE DÉCLARATION SOLENNELLE QUI APPELLE LES RESPONSABLES POLITIQUES ET LES ORGANISMES INTERNATIONAUX À AGIR.

Voir le témoignage
Pr Marc GENTILINI, Membre du Comité scientifique de la Fondation Pierre Fabre.