Mise en place d’un service de télédermatologie

— Mali —

L'HISTOIRE

Au Mali, les études indiquent une prévalence des maladies de la peau élevée, avec des taux allant jusqu’à 30 %[1]Il s’agit essentiellement de dermatoses infectieuses, comme l’impétigo, la gale et l’eczéma. Des affections bénignes… aux conséquences parfois désastreuses. L’impétigo peut en effet occasionner une valvulopathie cardiaque, voire une insuffisance rénale, chez l’enfant. Malheureusement, avec peu de dermatologues (environ 1 pour 720 000 habitants, et situés pour la plupart dans la capitale), le pays est confronté à une pénurie de spécialistes et à un faible niveau de compétences dans les structures de santé périphériques.

Cependant, les agents de ces centres n’hésitent pas à solliciter l’avis de spécialistes via le téléphone mobile – en plein essor sur le continent. C’est en partant de ce constat que le Pr. Ousmane Faye, Directeur de l’hôpital de dermatologie de Bamako, a eu l’idée d’utiliser la télé-expertise (c’est-à-dire la mise en relation d’un ou plusieurs professionnels de santé en utilisant les technologies de l’information et de la communication ou TIC) pour le diagnostic et la prise en charge des maladies de la peau. En effet, la dermatologie reposant en grande partie sur l’observation visuelle, le recours aux TIC peut être particulièrement efficace en matière de diagnostic et de prise en charge.

Pour tester l’efficacité de ce modèle, un programme pilote d’une durée de 18 mois a été mis en place en 2015 avec le soutien de la Fondation Pierre Fabre sur les régions de Koulikoro, Sikasso et Mopti.

Ce pilote a permis d’en valider les principes : 20 médecins généralistes et infirmiers ont été formés au diagnostic et à la prise en charge des dermatoses courantes, qui ne nécessiteront pas l’avis d’un dermatologue, de façon à consacrer le projet aux cas compliqués. Ils ont également été formés aux outils numériques, en particulier à la prise de photos de qualité. Lorsqu’un patient présente une pathologie qu’ils ne savent pas traiter eux-mêmes, les soignants envoient des photos des lésions dermatologiques via  une plateforme de téléexpertise baptisée « Bogou » (entraide en Bambara). C’est grâce à cette plateforme que les dermatologues sont sollicités sur les cas complexes pour émettre un diagnostic et des recommandations de traitement, rendus en moyenne dans la journée. Dans le même temps, les 10 centres de santé pilotes ont été équipés d’appareils photos numériques et de connexions Internet.

L’évaluation de ce pilote, en particulier la concordance entre les diagnostics à distance et la vérification physique faite a posteriori, a permis de montrer l’apport des nouvelles technologies pour améliorer la santé cutanée des populations.

Ce pilote a donné lieu à une publication dans la revue Tropical Medicine and Infectious DiseaseA teledermatology pilot programme for the management of skin diseases in primary health care centres. Experiences from a Resource-Limited Country (Mali, West Africa). (Faye O., Bagayoko C.O., Dicko A., Ciseé L., Berthé S., Traoré B., Fofana Y., Niang M., Traoré S.T., Karabinta Y., et al. Trop. Med. Infect. Dis. 2018;3:88. doi: 10.3390/tropicalmed3030088).

Etendre ce modèle à d’autres pays

Pour partager les avancées obtenues grâce à la télédermatologie, la Fondation Pierre Fabre organise tous les 2 ans avec ses partenaires, les Assises de Télédermatologie Africaines. La première édition de ces Assisses s’est tenue le 1er juin 2017 à Bamako, avec le Centre National d’Appui à la lutte contre la Maladie (CNAM) de Bamako et la Faculté de Médecine et d’Odontostomatologie de Bamako. La Fondation Pierre Fabre a lancé à cette occasion un appel à projets ouvert aux structures de santé d’autres pays africains qui souhaiteraient être soutenues pour mettre en place des initiatives similaires. Après examen des propositions reçues, la Fondation a choisi de soutenir deux projets de télédermatologie, proposés par la Société Mauritanienne de Dermatologie (SMD) et par la Société Togolaise de Dermatologie et des infections sexuellement transmissibles (SOTODERM).

En 2019, les secondes assises de Télédermatologie se sont déroulées à Lomé, au Togo, coorganisées avec la Société Togolaise de Dermatologie et réunissant près d’une centaine de représentants (dermatologues, médecins, responsables d’associations) de 12 pays d’Afrique subsaharienne.  Après avoir fait le point sur l’état d’avancement des projets maliens, mauritaniens et togolais, les dermatologues et responsables de structures médicales ont débattu plus particulièrement de 2 thématiques : la formation des personnels de santé proximité et des dermatologues, qui passe par le transfert des compétences pour les premiers et la création de cursus spécialisés pour les seconds ; la prévention et la prise en charge des cancers cutanés chez les personnes atteintes d’albinisme, avec la présentation des projets soutenus par la Fondation au Mali, en Tanzanie, au Malawi et au Togo.

[1]  Mahe A. et coll., « Skin diseases of children in Mali: a publichealth problem », Trans R Soc Trop Med Hyg. 1995;89:467-70.

 

L’ESSENTIEL
_____

Axe
Dermatologie tropicale

Programme
Depuis 2015

Mode d’intervention
Distributeur

Action
Financement de l’intégralité du programme : équipements de communication, formation, frais de fonctionnement…

Université de Bamako, Faculté de Médecine
BP 1805
Bamako – MALI

Notre projet repose à la fois sur la qualité des soins et sur la capacité de formation. Sur le premier volet, nous pouvons compter sur les spécialistes du CNAM, qui héberge le plus grand Centre de référence dermatologique du pays. Sur le second, la Faculté de Médecine et d’Odonto-Stomatologie est tout autant légitime : elle forme les plus hauts cadres de la santé au Mali. De plus, elle possède déjà une plateforme de télémédecine. C’est à travers cet outil éprouvé que se feront les échanges entre les dermatologues et les agents de santé des 10 centres pilotes.”

Pr. Ousmane Faye
Directeur de l’Hôpital de dermatologie de Bamako, vice-Doyen de la Faculté de Médecine, de Pharmacie et d’Odonto-Stomatologie de Bamako.

BILAN ET PERSPECTIVES

Bilan

+ de 1 100
 cas envoyés via la plateforme de téléexpertise Bogou

69
centres de santé périphériques impliqués

+ de 120
agents formés aux dermatoses courantes et à l’utilisation des outils numériques

Perspectives

En 2020, le projet couvrira 80% des centres de santé périphériques du Mali. 160 agents de santé seront ainsi formés et mis en réseau.

PARTENAIRES

  • Centre National d’Appui à la lutte contre la Maladie (CNAM, ex-Institut Marchoux), Secrétariat Général du Ministère de la Santé
  • RAFT (Réseau en Afrique Francophone pour la Télémédecine)
  • Faculté de Médecine, de Pharmacie et d’Odonto-Stomatologie (FMPOS) de Bamako
  • CERTES (Centre d’Expertise et de Recherche en Télédermatologie et en e-Santé)

Et aussi

Programme au Burkina Faso


Révoltée par les ravages du noma, l’association Vaincre Noma organise des campagnes de prévention à la maladie. Une initiative que soutient la Fondation Pierre Fabre depuis 2016.
Prévention du noma

Et aussi


Sous l’égide du Professeur Dapa Diallo et fort du soutien de la Fondation, le premier Centre de Recherche et de Lutte contre la Drépanocytose ouvre ses portes à Bamako au Mali en 2005.
Création et soutien au développement du Centre de recherche et de lutte contre la drépanocytose

Suivre notre action

Tous les programmes