L'histoire

En 2001, au Bénin, le commerce parallèle de médicaments concentre plus d’un quart du marché pharmaceutique. On le trouve sous forme de ventes ambulantes et à domicile, mais aussi sur les grands marchés du pays, comme celui de Dantokpa. Cette situation est d’autant plus alarmante que le taux de mortalité infantile est encore de 89‰, loin de l’objectif de 69‰ que s’est fixé le pays.

La Fondation Pierre Fabre propose son aide aux autorités pour sécuriser le circuit du médicament. Cela passe tout d’abord par la réhabilitation du Laboratoire national de contrôle de la qualité des médicaments (LNCQM) de Cotonou. Disposant d’un personnel peu qualifié, d’équipements insuffisants, de procédures quasiment inexistantes, celui-ci n’est pas en mesure de remplir ses missions. La Fondation y pourvoit dès 2002 par le financement de matériel et de formations. La rénovation sera achevée en 2005.

La distribution des médicaments fait également partie du plan d’actions. Outre un appui ponctuel pour vérifier l’approvisionnement des pharmacies locales en génériques de qualité, la Fondation forme les personnels de la centrale d’achat des médicaments essentiels (CAME) aux bonnes pratiques de distribution et de contrôle qualité. Elle les invite à notamment optimiser leurs usages informatiques. Objectif : réduire les ruptures de stock et les péremptions afin d’accroître la disponibilité des médicaments.

Enfin, aux côtés de la direction des Pharmacies du Bénin, la Fondation conçoit une vaste campagne de sensibilisation à la lutte contre les faux médicaments. Entre 2004 et 2006, des spots en français et en dialectes, diffusés à la radio, à la télé, dans les cinémas ambulants et dans les écoles, incitent le grand public à être plus vigilant et à privilégier les génériques.

Cinq ans après, le bilan de ce programme est satisfaisant. Pour preuve, le LNCQM de Cotonou effectue en 2007 des analyses beaucoup plus complexes et quatre fois plus nombreuses qu’en 2001. Encouragée, la Fondation envisage son agrandissement pour qu’il devienne sous-traitant de pays voisins et contribue à éroder plus largement le marché parallèle. Un projet qui est mené en partenariat avec la Fondation Chirac. L’extension est inaugurée en 2010 : le LNCQM a désormais une vocation régionale, s’inscrivant dans le droit fil de l’appel de Cotonou.

Laboratoire National de Contrôle de Qualité des Médicaments
06 BP 139
COTONOU
BENIN

La Fondation Pierre Fabre et la Fondation Chirac se sont associées pour permettre au Laboratoire national de contrôle de la qualité des médicaments de Cotonou d’acquérir la dimension internationale qu’exigeait l’OMS." Octobre 2009

Jacques Chirac 22ème président de la République française, Président de la Fondation Chirac

Bilan

  • 3 salariés du LNCQM formés : 2 techniciens (aux techniques de contrôle physico-chimique et microbiologique), ainsi que  le directeur (aux techniques d’analyse pharmaceutique et à la gestion)

  • 5 responsables de la CAME formés en 2004 et 2005 : le directeur adjoint, les responsables de magasin, les responsables informatiques

  • 4 fois plus d’analyses effectuées au LNCQM entre 2001 et 2007, incluant des analyses sophistiquées comme la chromatographie liquide haute performance (contrôle des antipaludiques et des antirétroviraux)

  • 7 spots TV diffusés entre 2004 et 2006 sur la chaîne nationale (420 passages au total) et projetés dans un cinéma ambulant (80 passages) / 6 spots radio diffusés en 2004 et 2005 (600 passages)

  • 9 000 élèves sensibilisés aux génériques en 2005, à travers la diffusion d’un documentaire dans 18 collèges (192 séances)

Spot TV diffusé au Bénin en 2005 dans le cadre de la campagne de sensibilisation à la lutte contre les faux-médicaments.

Partenaires

  • Direction des Pharmacies du Bénin (financement et co-conception de campagnes de sensibilisation) 
  • Fondation Chirac (financement de l’extension du LNCQM)
  • Institut de recherche Pierre Fabre de Toulouse (formation du directeur du LNCQM) 
  • Laboratoire national de contrôle des médicaments de Tunis (formation des techniciens du LNCQM)
  • Ministère de la Santé du Bénin (financement de l’extension du LNCQM)