Mise en place d’un service de télédermatologie2019-04-12T11:08:46+00:00

Mise en place d’un service de télédermatologie

— Mali —

L’HISTOIRE

Au Mali, la prévalence des maladies de la peau est très élevée, avec un taux proche de 30 %. Il s’agit essentiellement de dermatoses infectieuses, comme l’impétigo, la gale et l’eczéma. Des affections bénignes… aux conséquences parfois désastreuses. L’impétigo peut en effet occasionner une valvulopathie cardiaque, voire une insuffisance rénale, chez l’enfant. Malheureusement, avec moins d’un dermatologue par million d’habitants, le pays est confronté à une pénurie de spécialistes et à un faible niveau de compétences dans les structures de santé périphériques.

Cependant, les agents de ces centres n’hésitent pas à solliciter l’avis de spécialistes via le téléphone mobile – en plein essor sur le continent. C’est en partant de ce constat que le Pr. Ousmane Faye, chef du service Dermatologie du Centre National d’Appui à la lutte contre la Maladie (CNAM), a décidé d’évaluer la faisabilité et l’impact de la télémédecine sur la prise en charge des maladies de la peau. En effet, la dermatologie reposant essentiellement sur l’observation visuelle, le recours aux TIC peut être particulièrement efficace en matière de diagnostic et de suivi. Un projet que soutient la Fondation Pierre Fabre depuis début 2015.

D’une durée de 18 mois, cette étude couvre les régions de Koulikoro, Sikasso et Mopti.  20 médecins et infirmiers ont été formés aux dermatoses courantes, qui ne nécessiteront pas l’avis d’un dermatologue, de façon à consacrer le projet aux cas compliqués. Ensuite, ils ont été formés aux outils numériques et à l’utilisation de la plateforme de télédiagnostic Bogou, (qui signifie entraide en bambara) opérée par le RAFT*, pour l’envoi des données (texte, son, vidéo). C’est grâce à cette plateforme que les dermatologues sont sollicités sur les cas complexes pour émettre un diagnostic. Dans le même temps, les 10 centres de santé pilotes ont été équipés d’appareils photos numériques et de connexions Internet.

Sur les 3000 affections recensées durant la période, 175 ont été partagées sur la plateforme. Il s’agit de cas pour lesquels les personnels de santé ont besoin de l’avis d’un dermatologue. Les objectifs en anticipaient 150 et ont donc été dépassés. Par ailleurs, les demandes de télédiagnostics ont été traitées en moyenne dans la journée. Une phase d’évaluation va permettre de mesurer la conformité des télédiagnostics par un examen physique des malades.

Les résultats du programme pilote de télédermatologie mis en place au Mali par le Pr. Ousmane Faye avec le soutien de la Fondation Pierre Fabre a permis de montrer l’apport des nouvelles technologies  pour améliorer la santé cutanée des populations grâce au diagnostic à distance.

Regarder le reportage de l’AFP consacré au programme de Télédermatologie au Mali :

Pour présenter ce travail,  la Fondation Pierre Fabre a organisé avec le Centre National d’Appui à la lutte contre la Maladie (CNAM) de Bamako et la Faculté de Médecine et d’Odontostomatologie, les 1eres Assises de Télédermatologie Africaines le 1er juin 2017 à Bamako.

Placées sous la présidence du Ministre de la Santé du Mali, ces assises ont réuni les spécialistes de huit pays de la sous-région (Mali, Burkina Faso, Guinée-Conakry, Mauritanie, Sénégal, Togo, Bénin, Cote d’Ivoire) qui ont présenté leurs travaux de recherche.

La Fondation Pierre Fabre a lancé à cette occasion un appel à projets ouvert aux structures de santé d’autres pays africains qui souhaiteraient être soutenues pour mettre en place des initiatives similaires. Après examen des propositions reçues, la Fondation a choisi de soutenir deux projets, proposés par la Société Mauritanienne de Dermatologie (SMD) et par la Société Togolaise de Dermatologie et des infections sexuellement transmissibles (SOTODERM):

Mauritanie – Soigner les maladies de la peau jusque dans le désert.

Avec seulement 13 dermatologues (dont 12 à la capitale) pour une population de 4 millions d’habitants répartie sur ce vaste territoire désertique, l’offre de soin de qualité reste très limitée. Sur 2 ans, le projet retenu vise à créer, dans trois régions de la Mauritanie au Nord et au Sud, douze unités de consultation en s’appuyant sur des structures de santé départementales ou communales existantes.

Les référents locaux de ces centres de santé seront en lien avec les huit experts dermatologues basés à Nouakchott, via le réseau informatique du Programme National de Télémédecine. Sous 24 à 48h, un diagnostic et un protocole de prise en charge seront proposés. L’objectif à terme est de former 24 référents qui prendront en charge 300 patients par mois (soit 3600 / an) dans les trois régions ciblées.

Ce projet est porté par la Société Mauritanienne de Dermatologie.

Togo – Former 100 agents de santé en cinq ans.

Afin de renforcer l’expertise dermatologique des agents de santé dans quatre des cinq régions du Togo, la Société Togolaise de Dermatologie et des infections sexuellement transmissibles (SOTODERM) a prévu la formation de 100 agents de santé répartis dans 50 structures de soin.

L’accès au diagnostic pour les cas complexes sera possible grâce à la transmission à distance des données à des dermatologues experts basés à Lomé.  Nécessitant 5 années pour sa mise en œuvre, le projet est une réplication du modèle de télédermatologie malien, mis en place par le Pr. Faye et s’appuiera sur le Réseau en Afrique Francophone pour la Télémédecine (RAFT).

*Réseau en Afrique Francophone pour la Télémédecine qui regroupe plus de 1000 professionnels de la santé, 200 Hôpitaux et établissements de santé dans 20 pays africains.

L’ESSENTIEL
_____

Axe
Dermatologie tropicale

Programme
Depuis 2015

Mode d’intervention
Distributeur

Action
Financement de l’intégralité du programme : équipements de communication, formation, frais de fonctionnement…

Université de Bamako, Faculté de Médecine
BP 1805
Bamako – MALI

Notre projet repose à la fois sur la qualité des soins et sur la capacité de formation. Sur le premier volet, nous pouvons compter sur les spécialistes du CNAM, qui héberge le plus grand Centre de référence dermatologique du pays. Sur le second, la Faculté de Médecine et d’Odonto-Stomatologie est tout autant légitime : elle forme les plus hauts cadres de la santé au Mali. De plus, elle possède déjà une plateforme de télémédecine. C’est à travers cet outil éprouvé que se feront les échanges entre les dermatologues et les agents de santé des 10 centres pilotes. »

Pr. Ousmane Faye
Chef du service Dermatologie du Centre National d’Appui à la lutte contre la Maladie (CNAM) et vice-doyen de la Faculté de Médecine, de Pharmacie et d’Odonto-Stomatologie de Bamako

BILAN ET PERSPECTIVES

Bilan

1
projet pilote

10
centres de santé impliqués

20
agents formés aux dermatoses courantes (11 médecins et 9 infirmiers et agents de santé) et à l’utilisation des outils numériques

180
cas envoyés via la plateforme de télétransmission Bogou

4
missions d’évaluation sur le terrain

Perspectives

L’objectif des deux prochaines années est de couvrir à 80% des centres de santé périphériques du Mali, en commençant par le Nord. Près de 200 agents de santé seront ainsi formés et mis en réseau.

Université d’été de la e-santé 2015 – Intervention du Pr. Ousmane Faye

PARTENAIRES

  • Centre National d’Appui à la lutte contre la Maladie (CNAM, ex-Institut Marchoux), Secrétariat Général du Ministère de la Santé
  • RAFT (Réseau en Afrique Francophone pour la Télémédecine)
  • Faculté de Médecine, de Pharmacie et d’Odonto-Stomatologie (FMPOS) de Bamako
  • CERTES (Centre d’Expertise et de Recherche en Télédermatologie et en e-Santé)

Et aussi

Programme au Burkina Faso


Révoltée par les ravages du noma, l’association Vaincre Noma organise des campagnes de prévention à la maladie. Une initiative que soutient la Fondation Pierre Fabre depuis 2016.
Prévention du noma

Et aussi

Programme au Mali


Sous l’égide du Professeur Dapa Diallo et fort du soutien de la Fondation, le premier Centre de Recherche et de Lutte contre la Drépanocytose ouvre ses portes à Bamako au Mali en 2005.
Création et soutien au développement du Centre de recherche et de lutte contre la drépanocytose

Suivre notre action

Tous les programmes