Burkina Faso – Priorité à la prise en charge de la douleur

06/06/2016

Un projet de renforcement de la prise en charge de la douleur pour les patients drépanocytaires a été inauguré le 9 mai au sein de l’hôpital Saint Camille à Ouagadougou.

Depuis 2014, la Fondation Pierre Fabre apporte son soutien au Comité d’initiative contre la drépanocytose au Burkina Faso (CID/B).

On l’appelle dans la langue locale « maladie des os qui s’écrasent », tant la souffrance des personnes qui en sont atteintes est grande. La drépanocytose se caractérise en effet par des crises vaso-occlusives pouvant induire de très intenses douleurs. Or, la prise en charge de ces crises douloureuses reste souvent inadaptée. En partenariat avec la Fondation Pierre Fabre, le Comité d’Initiative contre la Drépanocytose du Burkina (CID/B) mène donc depuis 2014 un programme d’amélioration de la prise en charge des patients drépanocytaires.

Un nouveau volet dans la lutte contre la drépanocytose

C’est dans ce contexte que la Fondation Pierre Fabre a sollicité l’ONG Douleur Sans Frontières (DSF) pour concevoir, en collaboration avec le CID/B, un projet de renforcement des compétences du personnel de santé dans la prise en charge de la douleur chez les patients drépanocytaires. Il se décline en trois sessions au cours d’une formation prévue sur 2 ans, et a pour objectif de former 120 professionnels de santé issus de quatre structures hospitalières du Burkina Faso, à Ouagadougou et Bobo-Dioulasso.

La première session s’est tenue du 9 au 14 mai à l’hôpital Saint Camille de Ouagadougou. Destinée à 40 professionnels de santé, elle a rassemblé médecins, pharmaciens, attachés de santé et infirmiers. Le Pr Alain Serrie et le Dr Jean Marie Farnos, membres de DSF, ont dispensé un enseignement portant sur les mécanismes de la douleur ainsi que sur ses caractéristiques spécifiques chez les patients drépanocytaires. Le Dr. Christiane Buisson assurait le volet pédiatrique de la formation.

L’impérieuse nécessité d’une prise en charge adéquate

L’ouverture de cette session a eu lieu en présence du Dr. Smaïla Ouedraogo, Ministre de la santé au Burkina Faso, M. Gilles Thibault, Ambassadeur de France et parrain de l’évènement, Mme Aude Mondeilh, représentante de la Fondation Pierre Fabre et M. Dramane Banaon, le coordinateur national du CID/B. Des patients drépanocytaires ont pris la parole et témoigné de manière poignante de ce qu’ils enduraient lors des crises provoquées par la maladie. A cette occasion, M. Dramane Banaon a rappelé l’engagement de la Fondation Pierre Fabre dans la lutte contre la drépanocytose et insisté sur le caractère crucial de la prise en charge de la douleur. Un objectif clé dans un contexte culturel où les souffrances des patients sont trop souvent sous-estimées.

Retrouvez l’article du quotidien burkinabé L’Observateur Paalga en cliquant sur le lien ci-dessous :

Article du journal Observateur Paalga – pdf – 3.58 Mo

La formation en images