16/01/2018

Le Togo, où le niveau de formation des médecins est reconnu, manque de pharmaciens en nombre et en qualité, notamment dans ses hôpitaux publics. En 2015, on comptait 229 pharmaciens, dont seulement 7 en milieu hospitalier, pour les 7 millions d’habitants*.

Togo – Renouvellement du soutien à la Filière Pharmacie

Pour faire face à l’enjeu de l’accès aux médicaments de qualité, le gouvernement cherche à renforcer son système national pharmaceutique et ses capacités de gestion des médicaments. C’est dans cette optique que le Conseil d’Administration de la Fondation Pierre Fabre a décidé de renouveler en 2018 la convention qui la lie à la Filière Pharmacie de la Faculté des Sciences de la Santé de Lomé, pour une période de 5 ans.

Le renouvellement de ce partenariat s’appuie sur une évidence : toute contribution à la formation de professionnels de la santé nécessite des programmes à long terme. Il faut 6 ans pour former un pharmacien, et le double pour former un enseignant spécialisé. En prolongeant son engagement auprès de la Faculté des Sciences de la Santé de Lomé, la Fondation Pierre Fabre souhaite pérenniser les actions de formation des futurs formateurs de la Filière Pharmacie. 

Outre l’objectif de formation de jeunes enseignants dans plusieurs disciplines avec 2 à 3 nouveaux agrégés pour l’ensemble de la Filière Pharmacie d’ici 2022, le programme prévoit un soutien à la structuration de la filière (notamment de nouvelles spécialités dont la pharmacie hospitalière), l’acquisition de matériel pédagogique et la mise en place d’enseignements, notamment pratiques, essentiels pour la qualité de la formation. L’ambition, à terme, est de voir davantage de pharmaciens intégrer les hôpitaux et les organismes publics togolais.

Rappelons que la Fondation Pierre Fabre, engagée dans la formation des professionnels du médicament, soutient la Filière Pharmacie depuis 2011 (en savoir plus sur le programme de formation de la Filière Pharmacie de la Faculté des Sciences de la Santé de Lomé). Son action a permis la rénovation des locaux, l’ingénierie pédagogique (création de travaux pratiques), le financement et l’organisation de missions pédagogiques, l’acquisition et la mise à disposition de matériel scientifique et pédagogique, et enfin le financement de bourses d’études.

*Source : Conférence Internationale des Ordres de Pharmaciens Francophones