L'histoire

Doté d’un Plan national de développement sanitaire (PNDS) depuis 1998, le Sénégal enregistre au début des années 2000 un taux de mortalité infantile de près de 77 ‰, largement inférieur à celui de l’Afrique subsaharienne (92‰). Ses zones rurales sont cependant moins protégées, notamment celles de Kolda et de Tambacounda (100‰), selon le rapport de l’USAID de septembre 2009. Parmi les principales causes de mortalité : les infections respiratoires, le paludisme, les conditions périnatales, la tuberculose. Afin de renforcer l’accès aux soins des populations isolées, la Fondation Pierre Fabre décide en 2003 de soutenir l’action de l’association Kinkeliba, et plus particulièrement la création d’une maison médicale en pleine brousse, à Wassadou (région de Tambacounda).

La première pierre est posée dès la fin de l’année, et l’inauguration a lieu en 2005. Etablie sur 3 ha, comprenant un pavillon de médecine, une maternité et un pavillon des spécialités, ainsi que des cases d’hospitalisation comprenant 14 lits, la maison médicale compte une douzaine de collaborateurs, jeunes et motivés, assurant des consultations du lundi au vendredi, et des soins d’urgence 24 h/ 24 et 7 j/ 7. Des sorties en brousse sont également effectuées pour soigner les personnes ne pouvant se déplacer et leur prodiguer des conseils de prévention. Au total, c’est un bassin de plus de 22 000 personnes qui est couvert.

Deux ans après son ouverture, le centre de soins de Wassadou ne désemplit pas, bien au contraire. Aussi la Fondation Pierre Fabre renouvelle-t-elle régulièrement son engagement à partir de 2008. Ce qui permet à la maison médicale d’élargir son offre de soins, et de jouer un rôle incontestable dans des domaines tels que la lutte contre le paludisme. En 2013, alors que sa gestion opérationnelle est reprise par l’association Première urgence Aide médicale internationale (PU-AMI), elle s’attèle à la prise en charge des enfants malnutris, des porteurs du VIH et des tuberculeux, et elle développe le centre de planning familial.

Aujourd’hui, grâce à l’implication sur le terrain d’une vingtaine de collaborateurs, le centre de soins de Wassadou remplit à merveille sa vocation : combler un désert médical par une offre de soins durable et de qualité.

Il y a quelques jours, l’un de mes enfants est tombé malade. Je l’ai emmené en consultation à la maison médicale, où nous avons été très bien accueillis. Mon fils, qui souffrait du paludisme, a été hospitalisé pendant deux jours. Il est désormais guéri, mais nous avons rendez-vous dans une semaine avec le médecin pour effectuer un contrôle médical."

Macouta Keita 17 ans, femme au foyer et mère de jumeaux, janvier 2014

Bilan et perspectives

Bilan

  • 22 500 bénéficiaires de soins en 2014

  • 11 781 consultations réalisées en 2014 dont 7 086 en médecine générale et 3 610
    à la maternité

  • 222 naissances à la maison médicale
    en 2014

  • 425 consultations de planning familial
    en 2014

  • 1 267 examens paracliniques en 2014

  • 20 personnes impliquées sur le terrain en 2014

Perspectives

En 2015, la Fondation Pierre Fabre poursuit son engagement financier en faveur des populations de la région de Tambacounda et réfléchit avec PU-AMI aux moyens de pérenniser la structure, notamment via l’intégration progressive de la maison médicale dans le système public de santé sénégalais.

Partenaires

A la création du projet :

  • Fondation Veolia Environnement (financement de l’approvisionnement en eau)
  • Population locale (Peuls, Mandingues, etc.) – (don du terrain, participation à la construction)

Depuis la création du projet :